[Tribune] Durabilité, sobriété, solidarité, soyons engagés pour un numérique responsable

Tribune publiée par Véronique di Benedetto, Vice Presidente France d'Econocom 

L’épidémie du Covid-19 a mis en lumière la place primordiale qu’occupe désormais le numérique dans nos sociétés. Pendant la crise, il a joué un rôle capital pour maintenir les activités essentielles –santé, éducation, énergie, logistique… – et permettre à la plupart d’entre nous de maintenir des liens avec nos proches.

Mais plus la technologie nous est nécessaire, moins nous pouvons ignorer que tout le monde n’a pas les mêmes facilités pour télétravailler, apprendre à distance ou téléconsulter un médecin. Il revient aux acteurs du numérique de contribuer à réduire cette fracture numérique qui se superpose aux inégalités sociales et les aggrave. Chez Econocom, nous agissons en ce sens depuis plusieurs années, au travers d’actions engagées notamment dans le domaine de l’éducation, via des partenariats, des actions de mécénat ou de soutien aux startups des Edtechs. Et c’est pour cela que nous nous sommes naturellement mobilisés pour aider des associations et des collectifs comme #ConnexiondUrgence, qui sont à pied d’œuvre pour collecter des matériels IT afin d’équiper des jeunes défavorisés et leur permettre de poursuivre leur scolarité à distance. Notre rôle et le sens de notre mission s’expriment !

Toutefois, même en temps de pandémie, on ne saurait louer les bénéfices sociétaux du numérique et encourager ses usages responsables sans se préoccuper des conséquences environnementales. La technologie représente 4 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales et cette part est en augmentation . Pour que la révolution numérique soit aussi une révolution durable, il nous faut tendre vers la sobriété digitale, notamment en privilégiant l’usage sur la possession, en généralisant les bonnes pratiques d’utilisation et en mesurant les impacts sur l’ensemble du cycle de vie des équipements (fabrication, utilisation, fin de vie) pour mieux cibler les actions.

Il est possible et nécessaire de s’engager dans cette voie d’un numérique responsable. Chez Econocom, par exemple, nous développons des solutions qui, à l’image de Watt’s Green, aident les entreprises à concilier leurs objectifs environnementaux et leur stratégie business. En tant que premier utilisateur, nous avons ainsi réduit en trois ans de 41 % l’énergie consommée par notre parc IT, de 44 % nos émissions de CO2 et de moitié le nombre de nos équipements gérés, et cela à effectifs constants et avec une qualité de service accrue.

Depuis le début de la crise actuelle, de nombreuses voix s’élèvent pour appeler à un nouveau modèle de développement qui soit plus respectueux des hommes et de la nature. Ces résultats démontrent que ce n’est pas une utopie et que le numérique, de par les solutions qu’il apporte aussi à la transition énergétique, pourra être l’un des facteurs de transformation.