Econocom annonce un ROC estimé 2019 de 126 M€, une Dette Nette Comptable maîtrisée et un chiffre d’affaires stable

  • Résultat Opérationnel Courant des activités poursuivies1 estimé à 126 M€, contre 111 M€ en 2018 à périmètre constant, soit une progression de plus de 13 %
  • Dette Nette Comptable: en ligne avec celle de fin 2018 qui était de 252 M€
  • Chiffre d’affaires 2019 des activités poursuivies3:  2 927 M€, identique4 à celui de 2018 et en croissance4 de 4,5 % hors TMF Italie
  • Deux cessions réalisées : Jade en juillet et Rayonnance en décembre

Activité 2019 bien orientée

Le groupe Econocom a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 2 927 millions d’euros sur ses activités poursuivies3, identique4 à celui de 2018. En organique, il ressort en légère baisse de 0,8 % par rapport à l’exercice précédent. Retraitée de la baisse du chiffre d’affaires de TMF en Italie, la croissance4 atteint 4,5 %, (dont 3,7 % en organique) :

• le pôle Technology Management & Financing (TMF) à 1 124 millions d’euros affiche une baisse4 de 10 %, principalement due à la contraction de l’activité de sa filiale italienne, qui a pesé pour 134 millions d’euros en année pleine. Abstraction faite de cet impact, le chiffre d’affaires TMF aurait enregistré une progression4 de 0,6 % grâce aux performances des autres régions (principalement France, Belgique, Espagne & Royaume-Uni) et malgré la réduction volontaire de 32 millions d’euros de l’activité de l’entité interne de refinancement du groupe, EDFL. 

•  l’activité Digital Services and Solutions (DSS, composée de Produits et Solutions et des Services) ressort à 1 802 millions d’euros, soit une augmentation4 de 7,4 %, dont 6,2 % en organique. Cette belle croissance a été portée par la distribution de « produits et solutions », qui a vu son chiffre d’affaires progresser4 de plus de 10 % (à 1 132 millions d’euros), avec des projets d’envergure pour l’équipement IT de lycées ou de grandes collectivités locales par exemple. En parallèle, Econocom a accéléré le déploiement de services autour de ses solutions, notamment à partir de son centre de Verrières-le-Buisson en région parisienne. Enfin, le groupe a tiré parti des bonnes performances des entités de « services » qui ont enregistré un chiffre d’affaires en hausse4 de 2,9% à 670 millions d’euros, tiré principalement par les technologies digitales.

En 2019, les activités non poursuivies ont réalisé un chiffre d’affaires de 161 millions d’euros. Dans la logique de recentrage de ses activités, le groupe a légèrement élargi au cours du 4ème trimestre le périmètre des entités entrant dans le champ d’application d’IFRS 5 en y ajoutant cinq petites entités (impact ROC non significatif) devant être arrêtées.

Amélioration du ROC

Econocom anticipe un Résultat Opérationnel Courant (ROC) des activités poursuivies1 de 126 millions d’euros pour 2019, en phase avec ses prévisions et ce, malgré la baisse de 17 millions d’euros environ de la contribution de TMF Italie par rapport à 2018. Pour parvenir à ce résultat, le groupe a amplifié au second semestre son plan de réduction de coûts dégageant ainsi des économies brutes de 30 millions d’euros environ (par rapport aux 20 millions d’euros initialement annoncés) qui, combinées à la bonne orientation de l’activité tout au long de l’exercice, permettent un accroissement du ROC1 significatif par rapport à 2018 (plus de 13%).

Dette Nette Comptable2 maintenue au niveau de 2018

La Dette Nette Comptable (DNC)2 au 31 décembre 2019 est attendue au même niveau qu’en fin 2018. Elle reflète, d’une part, une bonne génération de trésorerie opérationnelle, l’encaissement lié à la cession partielle de la société Rayonnance, intervenue en décembre, ainsi que la baisse des besoins liés à EDFL et, d’autre part, les décaissements de l’année liés aux acquisitions d’intérêts minoritaires dans les Satellites, au remboursement de prime d’émission et aux rachats d’actions propres. L’autocontrôle atteint ainsi, au 31 décembre 2019, 9,56% du capital.

Après six années d’une association fructueuse avec les dirigeants fondateurs de Rayonnance, le groupe Econocom cède à Apax Partners Development une part majoritaire de son satellite mais reste présent au capital. Cette volonté de poursuivre une trajectoire de succès s’est également traduite par la signature d’un accord de partenariat commercial et marketing visant à prolonger et à amplifier les avantages compétitifs bâtis au cours des dernières années entre le leader des solutions mobiles B2B et le groupe Econocom. En particulier, Rayonnance continuera de s’appuyer fortement sur les offres de financement et de distribution de solutions digitales du groupe Econocom.

Perspectives

Econocom va poursuivre en 2020 les grands chantiers stratégiques entamés depuis fin 2018 pour recentrer le groupe sur des segments de marché à forte valeur ajoutée et en progression. Plusieurs opérations de cession et de fermeture d’entités sont actuellement en cours. La réorganisation de son métier historique, Technology Management & Financing, en synergie avec les solutions technologiques et les services adaptés, devrait permettre un retour durable à la croissance de ce pôle. Fidèle à sa tradition d’innovation, Econocom continuera de développer des offres différenciantes afin de répondre aux enjeux multiples de la transformation digitale de ses clients.

Le groupe restera également concentré en 2020 sur l’amélioration de sa marge opérationnelle dans le cadre du plan de réduction de coûts visant à réduire, en brut, ses charges 2021 de 96,5 millions d’euros par rapport à celles de 2018. La rentabilité 2020 devrait également bénéficier de l’effet de base favorable de la sous-performance en 2019 de la filiale italienne. La nouvelle guidance de ROC1 sera fournie lors de la prochaine présentation des résultats 2019 à la communauté financière le 11 mars prochain.

Enfin, la maîtrise de la dette restera un axe important de l’exercice 2020, avec une attention particulière à la gestion du BFR des différentes activités.

A l’issue de deux exercices de transition majeure, le groupe affiche aujourd’hui sa confiance dans sa capacité à retrouver une trajectoire de croissance pérenne et rentable dans un environnement qui reste porteur pour les acteurs de la transformation digitale.

 

1 Avant amortissement des actifs incorporels d’acquisition et après retraitement conformément à IFRS 5 des activités non poursuivies

2 Avant prise en compte de la dette induite par l’application d’IFRS 16 aux contrats de location (immobilier, véhicules, …) dont Econocom est preneur.

3 Après retraitement conformément à IFRS 5 des activités non poursuivies et traitement désormais en principal, conformément à IFRS 15, du chiffre d’affaires des livraisons directes hors licences

4 A normes constantes

 

Prochaine publication : Résultats annuels 2019 le 11 mars 2020, après Bourse